Casablanca, port d’escale des plus belles croisières

Grand bénéficiaire au Maroc de l’essor du marché du tourisme maritime, le port de Casablanca s’est imposé comme une escale incontournable des croisières Atlantiques. Un débarquement de touristes qui ne bénéficie toutefois encore peu à la ville.

Si les villes de Tanger et d’Agadir attirent bien quelques navires de croisières, force est de constater que Casablanca est le port de prédilection des principaux acteurs du marché. Malgré son riche patrimoine culturel et architectural, la ville semble devoir cette position enviable à sa localisation géographique plutôt qu’à ses attraits touristiques.

Casablanca, Un port d’escale pour visiter d’autres villes

La liste des excursions proposées par les principales compagnies de croisières ne trompe pas, elle fait la part belle aux visites des villes comme Marrakech, Rabat ou El Jadida. Sur Casablanca même, elle se limite à la visite de la mosquée Hassan II, à faire du shopping ou à passer une soirée en ville.

Ces villes bénéficient certes d’un patrimoine architectural qui correspond plus aux rêves arabo-mauresques des voyageurs lors d’une escale au Maroc. "Lors des croisières, il est plus simple de vendre aux passagers des excursions qui correspondent à leurs rêves et fantasmes ", analyse Mélanie de l’Agence Azuréenne des Croisières.

Pour rentabiliser l’escale Casablanca, il est dès lors plus simple pour les compagnies de croisières de vendre des excursions vers des destinations comme la Médina de Marrakech classée au patrimoine mondial de l’Unesco, l’architecture portugaise de Mazagan ou la kasbah des Oudayas et les ruines de la nécropole de Chellah qu’une découverte du patrimoine d’une métropole moderne qui a connu son essor au début du XXème siècle.

Une offre touristique locale stéréotypée

Si la ville possède de nombreux atouts, l’offre d’excursions à Casablanca est des plus réduite et particulièrement stéréotypée. Si quelques agences proposent bien la visite de la Mosquée Hassan II ou une visite des principaux monuments de la ville, rien ne sort de l’ordinaire.

Sur Casablanca, les opérateurs touristiques ne font pas preuve de l’imagination qui permet à certains de vendre un circuit “Game of Thrones” dans le sud du royaume et de nombreux circuits autour d’un livre ou d’un film partout dans le Monde. En consultant le très sérieux site Realtor, la seule excursion 100% Casaouia propose un tour privé de 4h de la ville.

Aucun circuit ne tente par exemple de capitaliser sur le film “Casablanca”, qui fut certes entièrement réalisé à Hollywood avec un degrés de ressemblance faible à la réalité, et ceci malgré la reconstitution du Rick’s ou d’un riche héritage patrimonial datant de l’époque qui pourrait permettre à un guide créatif de confectionner un excursion à faire saliver le moins cinéphile des croisiéristes.

En dehors de la semaine des journées du patrimoine, peu de visites sont organisées dans certains des quartiers les plus chargés d’histoire de la ville. Si les Habous ou la place Mohamed V figurent bien au programme de certaines excursions, la vieille Médina ou les quartiers de Hay Mohammadi et de Roches Noires sont eux de grands oubliés.

Un potentiel à développer

Cette offre anémique ouvre de belles perspectives à de jeunes et entreprenants amoureux de Casablanca. Plutôt que de proposer des circuits convenus, une place existe pour proposer aux touristes, mais également aux casaoui, une découverte ludique, culturelle ou décalée du patrimoine de la ville et de sa culture urbaine d’aujourd’hui et d’antan.

Chasses aux trésors, soirées historiques déguisées, découverte des trésors Art-Déco et Art-Nouveau, immersion dans l’univers passionnant, bien que charlatanesque, des marabous. Les opportunités de découvrir Casa sont potentiellement nombreuses et passionnantes.

Reste à donner vie à ces opportunités pour faire de Casablanca un port d’escale qu’il fait bon visiter.

Photo de Une : © Costa Croisières